Marché local
2019-08-07
Consommer jusqu'à l'épuisement des ressources renouvelables.

Consommer jusqu'à l'épuisement des ressources renouvelables.

L’humanité a soif de consommation ; de la nourriture aux forêts, en passant par les océans, sa quête de ressources est infinie. Le 29 juillet dernier, la Global Footprint Network annonçait que l’humanité avait atteint le « jour du dépassement » pour l’année en cours. Le « jour du dépassement » symbolise la date à laquelle l’humanité a consommé l’ensemble des ressources naturelles que la Terre peut renouveler sur une année (les terres cultivables, les poissons, les forêts, etc.). Cette année, tout comme l’an dernier, la population de la Terre a consommé la totalité des ressources renouvelables disponibles en tout juste sept mois. Selon les calculs de la Global Footprint Network, avec notre mode de consommation actuel, il faudrait 1,75 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale. L’année est loin d’être terminée ; les cinq prochains mois, nous vivrons donc à crédit et c’est, encore une fois, la planète qui en paiera les frais.

L’humanité fait subir une pression intenable à la Terre dans la mesure où les besoins humains dépassent largement les capacités de régénération des écosystèmes naturels. L’ONG explique d’ailleurs que « nous grignotons le capital naturel de notre planète, amenuisant d’autant sa capacité régénérative future ». Évidemment, les modes de consommation varient en fonction du pays que nous habitons : « Le Qatar atteint son jour du dépassement après seulement 42 jours, tandis que l’Indonésie a consommé toutes les ressources pour l’année entière après 342 jours. » Si l’humanité consommait au même rythme que les Canadiens, le « jour du dépassement » aurait été atteint le 18 mars. La consommation est donc très inégale d’un pays à un autre, mais ce qui est certain, c’est que nous ne pouvons décemment maintenir ce rythme effréné encore longtemps. L’érosion des sols, la déforestation, l’augmentation toujours croissante des émissions de gaz à effet de serre ne représentent que quelques-unes des conséquences dont l’humanité est responsable. Et c’est sans parler de la croissance démographique fulgurante : en 1950, on recensait une population mondiale de 2,5 milliards d’humains, alors qu’aujourd’hui, la population de la planète est de 7,7 milliards et les experts prédisent qu’elle sera de 9,7 milliards en 2050.

Il y a pourtant des manières de gagner du temps sur cette date fatidique qu’est le « jour du dépassement ». L’un des principaux leviers d’action réside dans les émissions de GES qui représentent à elles seules pas moins de 60 % de notre empreinte écologique mondiale selon les rapports de la WWF. L’ONG estime qu’« en diminuant les émissions de CO2 de 50 %, nous pourrions gagner 93 jours dans l’année, soit faire reculer le jour du dépassement à octobre. » La diminution par deux de la consommation de protéines animales permettrait également de repousser de 15 jours le jour du dépassement selon les estimations de l’ONG, et la réduction du gaspillage permettrait d’en gagner dix. Aucune donnée ne devrait être négligée afin de réduire notre empreinte écologique sur la planète et de favoriser la régénérescence des ressources et des services que nous offre la nature.

Un proverbe latin dit que « les temps changent, et nous changeons avec eux. » Je crois que ce dernier est d’autant plus juste qu’à la lumière de notre consommation actuelle, la nature finira, un jour ou l’autre, par se révolter. Nous affamons la Terre, nous la dévorons avec force et violence, mais nous ne pouvons négliger que la nature peut se rebeller et tenter d’inverser cette dévoration. Il s’agit d’ailleurs du thème du roman Faunes de Christiane Vadnais, un premier roman québécois paru cette année chez Alto qui se veut prémonitoire d’un futur peu enviable pour l’humain :

Laissant surgir d’outre-tombe les monstres du passé, les songes dessinent ce qu’Homo sapiens sapiens perçoit, obscurément, comme les menaces du futur. Ainsi peuplés de cataclysmes et de bêtes, les rêves constituent peut-être les réminiscences de peurs immémoriales, des rappels de la précarité du corps — cette machine gorgée d’eau et pourtant si vite noyée, ce prédateur si facilement dévoré.
Peut-être les rêves sont-ils aussi, comme chacun le pressent confusément, des présages dont l’être humain serait à la fois la source et le destinataire. Des mises en garde qu’il s’adresse à lui-même depuis un espace atemporel.
Des prémonitions qui lui échappent mais qui continuent de le hanter, une fois qu’il a les yeux ouverts.

Le roman de Christiane Vadnais ne s’inscrit jamais dans un ton alarmiste, moralisateur ou militant ; l’autrice nous plonge dans un futur pas si lointain où la nature se voit ravagée par les changements climatiques. Ce récit nous transporte dans une atmosphère sombre et inquiétante dans laquelle la nature reprend ses droits en grugeant peu à peu les territoires conquis par l’humanité peu respectueuse de l’environnement. L’eau monte au même rythme que le brouillard engloutit tout sur son passage. Néanmoins, il n’y a pas que la flore qui ait une dent contre l’humain ; ce dernier devient la proie des voraces et autres animaux impitoyables.

À l’heure où l’humanité vit et agit dans le déni des changements climatiques et de la crise écologique qui sévit, la lecture de ce roman m’apparaît nécessaire afin d’ouvrir une réflexion sur la question : « Qui de l’homme ou de la nature dévorera l’autre ? » Comme l’autrice de Faunes l’évoque si bien : « Tout est habité : le ciel, la forêt, la rivière, le sol remuant et l’eau qui coule dans ses fissures. » Il est essentiel d’envisager son mode de consommation sans négliger ces détails qui, en définitive, n’en sont pas!


Stéphanie St-Pierre

Articles précédents

Chez Robin marché local vous vivrez une expérience qui ne vous laissera pas sur votre faim!

NO DISPLAY

320 iPhone Vertical

360 Galaxy Vertical (Android)

480 iPhone Horizontal

640 Galaxy Horizontal (Android)

768 Tablette Verticale

1024 Tablette Horizontale ou écran carré 17 pouces

1280 Ordi. de table / portable ou Tablette horizontale

1366 et 1440 Ordinateur portable ou de table

1680 Ordinateur de table / TV HD

1920+ Ordinateur / TV Full HD

2560+ Ordinateur / TV Ultra HD 2.5K

3840+ Ordinateur / TV Ultra HD 4K