Marché local
2018-03-11
Le verre rejeté du bac vert. Que peut-on y faire?

Le verre rejeté du bac vert. Que peut-on y faire?

Au Québec, le recyclage du verre apparaît comme une entreprise houleuse et peu efficace; cette problématique n'est pourtant pas récente. Alors comment expliquer que le verre soit aussi difficilement recyclé au Québec? Cette inefficacité est-elle en relation avec le système de recyclage actuellement en place? Est-ce que ce sont les centres de tri qui sont en cause ou les consommateurs dans leurs gestes quotidiens? Quelles sont les options viables pour remédier à cet écueil? Aujourd'hui, nous vous proposons de faire état de ces questions qui nous concernent tous, en tant que citoyen ou résident du Québec.

Les statistiques du Québec sont révélatrices d'une mauvaise gestion des ressources. Entre 2012 et 2015, les chiffres rapportent que seulement 14% du verre a été recyclé. C'est bien peu! En 2015, 159 000 tonnes de verre ont été
« générées », du verre qui, nous le rappelons, se retrouve essentiellement à recouvrir les sites d'enfouissement. Ce piètre résultat s'explique par la contamination du verre dans le bac de recyclage. En mélangeant différents types de matériaux dans le recyclage (verre, papier, carton, plastique, etc.), on augmente les risques de contamination croisée. Une fois ces matériaux dans le bac ou dans les camions de recyclage, ils se brisent et il devient difficile pour les centres de tri - qui disposent de procédés mécaniques - d'identifier certaines matières.
Le projet-pilote « Verre d'innovation » a été implanté dans cinq centres de tri du Québec. Il s'agit d'un procédé technologique qui permettrait d'atteindre 99% de pureté du verre lors du tri, résolvant ainsi le présent problème de recyclage. Rappelons qu'il s'agit d'un projet-pilote de 15 mois dont les performances doivent être étudiées avant toute forme d'implantation définitive.

Pour l'instant, la problématique du recyclage du verre perdure et c'est inquiétant. Selon Karel Ménard, directeur du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED) : « Récupérer pèle-mêle dans les bacs, ce n'était pas la chose à faire. » Certains d'entre vous s'en souviendront, il y a une quinzaine d'années, les Québécois faisaient eux-mêmes le tri des différentes matières recyclables. De cette façon, les risques de contamination croisée étaient moindres, mais le citoyen paresseux ne se donnait pas la peine de recycler, trouvant le processus trop laborieux. Avec le système « pèle-mêle », c'est plus facile pour le citoyen lambda qui n'a plus besoin de trier; les centres de tri récupèrent davantage de matières recyclables, mais malheureusement, beaucoup de détritus non désirés.

Plusieurs municipalités sont à la recherche de solutions efficaces et durables; quelques-unes ont implanté un système de conteneurs, aussi appelés « cloches » qui favorisent la récupération du verre. Ce système de « cloches » est très répandu en Europe et particulièrement, en France. Toutefois, un problème demeure : il n'est pas dans les habitudes du citoyen québécois de se déplacer pour recycler ses contenants en verre. Le citoyen est-il prêt à changer ses habitudes de vie en aval afin de contribuer au recyclage des contenants des produits qu'il achète?
En décembre dernier, plusieurs syndicats nationaux dont la CSN, la SCFP-Québec FTQ et la FTQ ont lancé la campagne « Verre : la fin du gaspillage ». Leur démarche consistait à implanter une consigne de 0.25$ sur les bouteilles de vins et spiritueux vendues par la SAQ. Pour Karel Ménard, la solution est intrinsèquement liée à une réforme de tout le processus de recyclage, incluant une consigne sur les contenants en verre et une imposition au recours de matières recyclables pour les fabricants.

Le gouvernement du Québec dispose de plusieurs cartes en main pour améliorer la situation : le projet « Verre d'innovation », la mise en place d'une consigne pour les bouteilles achetées, une responsabilisation des fabricants de contenants, etc.
Quant à nous, citoyens et résidents du Québec, nous avons le devoir de nous responsabiliser et de favoriser le bon fonctionnement du système en place en nous assurant de ne mettre dans le bac que ce qui peut être recyclé, en nettoyant bien chacun de nos contenants, etc. Une autre solution efficace consiste en la réduction, à la source, de nos déchets et matières recyclables. La réutilisation de nos contenants en verre et l'achat en vrac font parties des options écoresponsables à notre portée.

Parce que nous croyons que chacun doit faire sa « juste part », Chez Robin marché local, nous avons implanté un système de consigne visant la réduction de nos déchets et de notre recyclage. En effet, vous pouvez vous procurer nos produits maison dans des pots consignés entre 0.50$ et 1.50$. Après consommation, vous pouvez ainsi nous rapporter vos pots Chez Robin. Après que ceux-ci aient été lavés et stérilisés, nous pourrons de nouveau les utiliser.



Stéphanie St-Pierre

Articles précédents

Chez Robin marché local vous vivrez une expérience qui ne vous laissera pas sur votre faim!

NO DISPLAY

320 iPhone Vertical

360 Galaxy Vertical (Android)

480 iPhone Horizontal

640 Galaxy Horizontal (Android)

768 Tablette Verticale

1024 Tablette Horizontale ou écran carré 17 pouces

1280 Ordi. de table / portable ou Tablette horizontale

1366 et 1440 Ordinateur portable ou de table

1680 Ordinateur de table / TV HD

1920+ Ordinateur / TV Full HD

2560+ Ordinateur / TV Ultra HD 2.5K

3840+ Ordinateur / TV Ultra HD 4K